<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d18351697\x26blogName\x3dChina+in+Africa\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLUE\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://chinainafrica.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3den_US\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://chinainafrica.blogspot.com/\x26vt\x3d5591249324572901411', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

Sunday, May 28, 2006

Dear reader, this blog has moved

Dear reader, this blog has moved to a new address: http://peacefulrising.blogspot.com .

China calls its growing influence a 'Peaceful Rising'. We thought this to be a very appropriate name for our blog. In it, you will find essays, critical analyses and news about China's unrelenting conquest of the third world.

Make sure to visit us at our new spot!

Thursday, November 17, 2005

INTERVIEW: China Oil Majors Eye Madagascar Oil Assets

Wednesday November 16, 7:30 PM

INTERVIEW: China Oil Majors Eye Madagascar Oil Assets

By Aries Poon

Of DOW JONES NEWSWIRES

HONG KONG (Dow Jones)--Chinese oil majors are looking at forming upstream joint ventures in Madagascar to exploit newly discovered reserves on the island situated off Africa's east coast, says a senior official at Madagascar Oil S.A.

More than one Chinese oil firm has approached Madagascar Oil about the possibility of cooperating in oil exploration and taking a stake in the company, which was founded in 2004 and is eyeing a listing in London in the second quarter next year, said the official who asked not to be named.

"They (the Chinese companies) have very deep pockets. I prefer to work with them on the heavy oil projects because those are very capital intensive," the person said, but declined to name the Chinese companies that are in talks with the African oil company.

ExxonMobil Corp. (XOM), Sterling Energy PLC (SEY.LN) and Aminex PLC (AEX.DB) have already formed joint ventures with local partners since 2001 to develop oilfields on the island and offshore. Madagascar is expected to produce its first barrel of crude in 2007.

As China imports about 40% of its oil needs, high international oil prices have pushed the country's cash-rich oil giants to more keenly search for upstream assets overseas to control their costs, analysts said.

Madagascar Oil, with offices in London and the Madagascar capital of Antananarivo, is involved in three major projects. Two are heavy oil developments at the oilfields of Tsimiroro and Bemolanga, while the third is the exploration and appraisal of light oil and natural gas on the world's fourth largest island.

The firm's assets have a total valuation of between US$400 million and US$500 million, the person said.

Heavy oil has more impurities than light oil and thus costs more to refine.

"The Chinese will likely be involved in the Tsimiroro project, because of the big volume," the person said.

The Tsimiroro Oilfield is estimated to have a reserve of several billion barrels of crude, but it is of low quality, with an American Petroleum Institute specific gravity of 14 to 16 degrees.

API measures the purity of the crude. The lower the number of degrees, the lower the quality. Light crude oil has an API specific gravity of around 40 to 45 degrees, while lighter crude has an API specific gravity of 46 degrees or higher.

The Tsimiroro oilfield is expected to start producing crude in 2007. By late 2008 or early 2009, it will be able to produce 25,000 barrels a day, the person said. Daily output is expected to rise to 100,000 barrels by 2011, and the long-range daily output target is 500,000 barrels.

The Madagascar Oil official said a "beauty contest" of potential investors and partners is scheduled for mid-January, prior to the company's planned initial public offering.

"I prefer to work with the Chinese on a project basis rather than on an equity level, as we do not want to give up a big slice...to them. We still want to have control of the company," the person said.

Madagascar Oil has a number of shareholders, including London-listed hedge fund operator RAB Capital PLC (RAB.LN) and Singapore-based First Global Fund, according to the company's Web site.

Madagascar has proven oil and gas reserve potential and 70 wells have been drilled across the country since the 1960s. But progress in oil exploration has been slow because of environmental concerns.

Recent high international oil prices, however, prompted the Madagascar government to step its oil exploration efforts. The country spends one-third of its revenue importing oil and petroleum products.

Chinese oil majors such as China Petroleum & Chemical Corp. (SNP), PetroChina Co. (PTR) and CNOOC Ltd. (CEO) weren't immediately available to comment.

A source at China Petrochemical Corp., or Sinopec Group, said Tuesday the company plans to team up with domestic rival China National Petroleum Corp. to acquire drilling rights to an oilfield in Sudan for about US$600 million.

The two companies also teamed up mid-September to buy Calgary-based Encana Corp.'s oil and pipeline interests in Ecuador for US$1.42 billion.

CNPC unit CNPC International also reached an agreement in August to buy PetroKazakhstan Inc. (PKZ) for US$4.2 billion.

http://sg.biz.yahoo.com/051116/15/3wk27.html

Sunday, October 30, 2005

Chinese demand boosts DR Congo mines

Esther is among 10,000 workers who lost their jobs after years of working for the formerly state-owned Congolese mining giant Gecamines.

Last year's job cuts, which were part of a restructuring plan sponsored by the World Bank, indicated the disappearance of a national icon.



DR Congo is no longer the world's top cobalt producer and the fifth-largest producer of copper, as it was during the 1980s when it produced 450,000 and 15,000 tons of the two materials.

And with the company's power and prestige having fallen by the wayside, drained by years of dictatorship, political instability and mismanagement, Gecamines, is no longer known as "the State within the State".

No development

Gecamines' chimney, which overlooks Lubumbashi, the regional capital of Katanga, has now gone cold, and Esther is worried for the future of her four children.

Unlike the 20,000 people who worked for Gecamines in its heyday when Zaire was prosperous, Esther's children will not get free housing, free school and free health care from the company.

"There aren't any proper jobs here anymore," she says.

"Children rush for artisan mining, but that job is dangerous and it doesn't bring any development to our region."

Dangerous mines

Since the Gecamines went bankrupt in 1990, its open mines have been invaded by thousands of self-employed hand-diggers and artisan miners, known in French as "creuseurs".

These independent operators extract 8 % rich cobalt and 35% rich copper stones, called heterogenite, which they sell through middlemen to foreigners, mostly from China and India, who have furnaces in the nearby towns.



In the mine of Ruashi, about 20 kilometres outside Lubumbashi, around 4,000 miners, some as young as eight, dig and sieve from dawn to dusk.

Neither the heavy sun nor the regular collapsing of parts of the mine, which take the lives of one or two miners every month, stop them from removing about 100 tonnes of heterogenite per day. "There aren't any other jobs in the area, so this helps us feed our families," says says Gaston Namushidi, president of Katanga miners union EMAK.

"If a proper mining company was coming here, it would use machines and would only employ 200 people. It wouldn't help us," says Mr Namushidi, who represents miners in the Ruashi mine.

Not weighed

The heterogenite is partly treated in furnaces either in DR Congo or in neighbouring Zambia and then exported mostly to China via South African and Tanzanian ports.



But statistics of DR Congo's exports are not accurate.

Figures at the Congolese ministry of mines say that monthly export of copper and cobalt range from 5,500 to 9,000 tonnes.

But in the border town of Kasumbalesa, the brand new weight bridge that could allow an accurate control of Congo's exports is not in use.

Joseph Chama Mukinay, vice president representing the transporters in Kasumbalesa, describes how between18 and 25 thirty-tonne trucks "overloaded" with copper and cobalt, raw and concentrate, leave every day.

"About 65% of the trucks are loaded by Chinese businessmen and are feeding the Chinese market," he says.

Even DR Congo's finance vice president, Jean-Pierre Bemba, acknowledges that the border point is badly managed.

"There is a massive fraud of minerals in Katanga, through Kasumbalesa," he says, promising to take some "measures to re-organize the custom office".

But no measure has been taken so far, and figures on China's imports of the DR Congo's cobalt ores for 2004, gathered by the independent non-governmental organisation Global Witness, show that the average value of cobalt being exported each week from Katanga is $1.7m.

Investment required

Meanwhile, the steady growth of China, which consumes and also processes cobalt for batteries that it supplies to the Asian market, has sent the global demand for cobalt soaring above 35,000 tonnes a year.

George Forrest, a businessman who does industrialised mining in Katanga, says that "the development of China means that there is a need to produce an extra 20,000 tonnes of cobalt per year".



"Katanga can produce that only if proper investments are made."

But the DR Congo has been unstable since the end of the cold war in 1990, and it is only now slowly emerging from a five-year war that has claimed an estimated 3 million lives, mainly from hunger and disease.

Katanga has been largely spared by DR Congo's war, yet mining giants are only now considering starting large-scale mining there.

Mining giant American Mineral Field is doing a feasibility study for a large mine near the town of Kolwezi, while some Chinese investors are about to start industrialized mining outside the town of Likasi.

Feza Mining, a joint-venture between the Chinese company Wambao Resources Corporation and some Congolese businessmen believed to be close to the DR Congo's President Joseph Kabila, is finishing a pyrometallurgic plant which, according to the Congo's ministry of mine, should produce 1.000 tonnes of pure cobalt per year.

That would come on top of the output from the five square kilometres open mine of Lwiswishi, owned by Mr Forrest and located about 30 kilometres outside Lubumbashi.

This mine currently produces a yearly 4500 tonnes of cobalt; 10% of the world's consumption, which is processed in a nearby plant, as well as in Finland.

Despite this, the benefits for DR Congo are limited. The project employs less than 400 workers here.

Hence, even if more mining giants start projects in Katanga, there are no guarantees that the people of DR Congo would benefit from their huge reserves of natural resources.



To ensure that, the borders would need to be more closely guarded and the state of DR Congo, where elections are scheduled in June 2005, would need to be re-organized, observers say.

Original article at the BBC.

Friday, October 28, 2005

Major Essay: La Chine et l'Afrique: entre engagement et intérêt

Published in Géopolitique africaine, 2004, here.
By Marc Aicardi de Saint-Paul Membre de l’Académie des sciences d’outre-mer.

Rien ne prédestinait la Chine à nouer des relations étroites avec l’Afrique : ni la proximité géographique, ni une communauté de culture ou de langue. Pourtant, comme les Japonais, les Chinois ont eu très tôt des contacts avec les Africains, à l’occasion des expéditions maritimes arabes et européennes portant sur les esclaves noirs. Mais ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du XXe siècle que les uns et les autres vont apprendre vraiment à se connaître, à la faveur d’une conjonction d’évènements : arrivée au pouvoir de Mao Tsé-Toung à Pékin en 1949, marche vers l’indépendance des territoires sous tutelle et apparition de la guerre froide. Cela dit, la Chine, tout en s’autoproclamant premier pays en développement du monde et grand défenseur des peuples opprimés, n’a pas été constante dans ses rapports avec l’Afrique, qui ont fluctué au gré de ses intérêts stratégiques.

Les premiers contacts entre les continents asiatique et africain remontent à trois millénaires : au Xe siècle avant notre ère1, l’Égypte commença à commercer avec la Chine. Il fallut cependant attendre le IIe siècle avant Jésus-Christ pour que des relations officielles voient le jour entre les deux pays.

Si les représentants officiels chinois arguent de l’ancienneté de ces liens pour expliquer leur intérêt pour le continent noir, ils passent sous silence la période du IVe au XIVe siècle, pendant laquelle les marchands arabes (et portugais), déversèrent un nombre incalculable d’esclaves noirs sur leur sol. Les Portugais établirent même un centre de distribution d’esclaves à Canton, aux alentours de l’an 300.

L’islam, quant à lui, commença à se répandre en Chine au VIIe siècle, sous la dynastie Sui, au point de constituer la religion de la plus importante communauté étrangère.

Ce n’est qu’au Xe siècle que l’émigration chinoise à destination de la côte Est de l’Afrique se développa vraiment2. Elle provenait essentiellement des provinces méridionales de la Chine (Fujian, Guangdong et Hainan), qui alimentaient près de 90 % de la diaspora.

Pendant la dynastie Ming (1368-1644), de nombreuses expéditions maritimes menèrent les Chinois sur la côte orientale de l’Afrique. De ses voyages, le navigateur Zheng He rapporta girafes et zèbres, qui deviendront le symbole de la chance dans l’Empire du milieu. Mais la participation de la Chine aux grands circuits commerciaux dura peu de temps, pour plusieurs raisons : invasion mandchoue, forte taxation de la production artisanale et marchande, limitation autoritaire de l’émigration.

Cette dernière mesure n’empêcha d’ailleurs pas un déplacement massif de Chinois vers l’océan Indien et les côtes africaines, où ils seront employés dans les mines, les plantations et sur les grands chantiers. En 1865, l’abolition de l’esclavage suscita un regain d’intérêt pour l’utilisation massive de coolies, comme sur le chantier du canal de Suez.

L’époque coloniale et l’affaiblissement de la Chine au plan international réduisirent ces liens millénaires à leur plus simple expression. Il faudra attendre l’accession au pouvoir des communistes à Pékin pour que la Chine s’intéresse à nouveau à l’Afrique.

Bandung et ses conséquences

Le coup de tonnerre de la conférence de Bandung, en Indonésie (18-24 avril 1955), et le séisme qu’il a entraîné sur l’échiquier mondial, va constituer une opportunité pour la Chine d’exposer ses vues sur le non-alignement. Cette réunion de 29 pays « afro-asiatiques » représente pour le nouveau régime communiste une chance de renouer avec le continent africain, tout au moins avec les États indépendants. D’autant qu’à la conférence préparatoire de Bogor, en 1954, l’unanimité ne s’était pas faite pour inviter la Chine de Pékin.

À Bandung, le Premier ministre Chou En-Lai, dans un discours consensuel, loue les mérites des peuples tunisien, marocain et algérien en guerre contre le colonialisme français ; il condamne la discrimination raciale en Union sud-africaine et fait référence à « la lutte du peuple égyptien pour la restauration de sa souveraineté sur le canal de Suez »3.

Pendant les années suivantes, la Chine courtise avec assiduité deux pays d’Afrique du Nord : l’un indépendant, l’Égypte ; l’autre encore département français, l’Algérie. Au lendemain de Bandung, les visites d’officiels égyptiens en Chine se multiplient, entraînant assez rapidement la reconnaissance diplomatique de Pékin, le 16 mai 1956. Ce resserrement des liens arrive à point nommé, puisqu’en juillet 1956, Nasser nationalise le canal de Suez. Pour justifier sa solidarité, la Chine établit un parallèle entre les privilèges consentis à la Compagnie du canal et les « traités inégaux » qui avaient lésé l’Empire du milieu. Elle s’évertue à présenter la position juridique de l’Égypte comme conforme au droit international et manifeste son scepticisme quant à la résolution de la crise par la négociation. Pour elle, la liberté ne peut se gagner que par la force des baïonnettes.

La presse chinoise, qui condamne en termes véhéments les colonialistes français et britannique, adopte tout d’abord une position plus nuancée vis-à-vis des Américains ; mais la condamnation des États-Unis, qui allait devenir le leitmotiv de la politique étrangère chinoise pendant plus de quinze ans, ne tarde pas à apparaître dans les discours officiels.

Le soutien à l’Égypte ne servait pas uniquement les intérêts de la politique étrangère chinoise. Il était aussi un instrument de politique intérieure, puisqu’il permettait au régime communiste de prétendre que les minorités musulmanes présentes en Chine étaient protégées.

Cela dit, la lune de miel entre les dirigeants chinois et Le Caire ne dura pas. Dès 1959, Nasser ne se contenta pas d’attaquer les communistes égyptiens : il s’en prit à l’Union soviétique, qui demeurait encore à cette époque le leader du monde communiste, Chine y compris. Par « solidarité internationaliste », le gouvernement chinois ne pouvait, dans un premier temps, que distendre ses liens avec l’Égypte (alors République arabe unie, ou RAU). Mais cette brouille prit rapidement fin, la Chine ne désirant pas affaiblir l’unité des forces anti-impérialistes4.

Solidarité avec l’Algérie

Les évènements d’Algérie vont donner à la Chine une seconde occasion de revendiquer le rôle de leader du tiers-monde. À plusieurs reprises, les dirigeants chinois avaient manifesté leur appui aux mouvements de libération nationale d’Afrique du Nord. Les attaques verbales chinoises visaient non seulement la France, puissance coloniale, mais aussi l’impérialisme américain, accusé de double jeu. D’une part, les Américains se disaient favorables à l’indépendance de la colonie, comme l’avait illustré le voyage du sénateur John F. Kennedy en Algérie ; d’autre part, ils fournissaient des armes aux Français pour lutter contre la rébellion.

Pendant la période de la lutte armée, les contacts entre le FLN et la Chine s’intensifièrent ; plusieurs représentants du mouvement indépendantiste se déplacèrent à Pékin, où fut d’ailleurs organisée une journée de soutien à l’Algérie, le 30 mars 1958. En mai, la Chine condamnait avec vigueur le bombardement de Sakiet Sidi Youssef en Tunisie, ainsi que les évènements du 13 mai à Alger, considérés comme un « coup d’État fasciste ». Dans ces conditions, il était logique que la Chine reconnaisse officiellement le gouvernement provisoire algérien (GPRA) dirigé par Ferhat Abbas. Elle marquait par là sa différence avec l’Union soviétique qui, à l’instar des Occidentaux, avait adopté une plus grande neutralité vis-à-vis du GPRA et préconisait une solution négociée au conflit.

Cette légitimation du GPRA permit l’accroissement des échanges entre les deux parties : en décembre 1958, Ben Khedda conduisit pendant trois semaines une délégation algérienne en Chine ; quelques mois plus tard, celle-ci organisait une semaine de soutien à l’Algérie. Le régime chinois, qui préconisait la libération des territoires sous tutelle par la lutte armée, a fourni, selon toute vraisemblance, une aide militaire substantielle aux guérilleros algériens. C’est dans cette optique que s’inscrit la rencontre de Krim Belkacem, alors vice-président du GPRA, avec le vice-premier ministre He Long, connu pour ses liens étroits avec l’armée populaire chinoise.

Dans l’affaire algérienne, la Chine a fait évoluer sa position au fil des circonstances. Si, au plan idéologique, elle peut se satisfaire de son issue, l’expérience n’en constitue pas moins un échec pour sa politique : les Algériens ne se sont pas libérés par la force des baïonnettes, ils ont dû négocier avec le colonisateur ; le conflit ne s’est pas internationalisé, contrairement aux espoirs des Chinois ; enfin, si Ferhat Abbas, par pure tactique, avait attaqué la position de l’URSS, le nouveau gouvernement algérien donne la préférence à Moscou au détriment de Pékin. Dès l’accession au pouvoir de Ben Bella, le nouveau régime montrera clairement son inclination en ce sens.
La rivalité sino-soviétique

Pendant les années 1960, la politique africaine de la Chine a été dominée par ses divergences d’opinion avec le « grand frère » communiste. Dés 1946, Mao Tsé-Toung avait dit : « Mon opinion a toujours été que le but principal [de l’impérialisme américain] est d’être le tyran de la « zone intermédiaire » [dont fait partie la Chine] ». À son avis, l’Union soviétique aurait dû encourager les luttes armées anti-impérialistes dans la « zone intermédiaire ». Cette théorie allait à l’encontre de la thèse de Khrouchtchev, qui se faisait l’apôtre de la « coexistence pacifique ».

En outre, contrairement à Mao, les successeurs de Staline estimaient que les mouvements de libération nationale continueraient à provenir de la bourgeoisie nationale, et non du prolétariat regroupé autour du parti communiste : une alliance était nécessaire autour de la « bourgeoisie nationale progressiste ». Les Chinois, qui se souvenaient de leur expérience malheureuse de Front uni avec le Kuomintang (entre 1924 et 1927) étaient d’avis que la révolution devait toujours être conduite par l’avant-garde du prolétariat.

Ces querelles idéologiques se traduisirent par l’apparition de deux mouvances opposées à l’intérieur même du tiers-monde. D’un côté, les Soviétiques accordaient leur faveur aux non-alignés, pour lesquels la préoccupation première était d’éliminer tout risque de guerre entre les États-Unis et l’URSS, les luttes des colonisés contre les colonisateurs passant au deuxième plan. De l’autre, les Chinois privilégiaient le combat des mouvements de libération nationale.

Ces deux conceptions antagonistes se traduisirent au plan politique par deux approches différentes : les Soviétiques étaient favorables à une seconde conférence des non-alignés, du type de celle qui s’était tenue à Belgrade ; les Chinois oeuvraient pour organiser une deuxième conférence de Bandung, réunissant les seuls pays afro-asiatiques et excluant l’URSS. La Chine défendit cette position à la troisième conférence de solidarité des peuples afro-asiatiques (AAPSO), qui se tint à Moshi (Tanganyika) en février 1963. Cette réunion fut aussi l’occasion pour les partisans et les adversaires de la Chine de se compter au sujet du conflit qui opposait militairement cette dernière à l’Inde, leader des non-alignés.

D’autres rencontres, comme la conférence de l’AAPSO qui se tint à Nicosie en septembre 1963, furent le théâtre de cette rivalité fratricide. Finalement, la Chine se retira de cette organisation, de peur que les Soviétiques réussissent à annuler le sommet de Pékin où devait se tenir la cinquième conférence sur la solidarité. À son tour, la Chine réussit, à Djakarta, à bloquer l’invitation des Soviétiques à la seconde conférence des pays afro-asiatiques.

Le voyage de Chou En-Lai en Afrique

C’est dans ce contexte, éminemment conflictuel, que s’inscrivit le long déplacement de Chou En-Lai en Afrique, du 14 décembre 1963 au 4 février 1964. Ce périple mena le premier ministre chinois et son imposante suite dans les dix pays5 avec lesquels la Chine entretenait des relations diplomatiques6. Cette visite du continent africain revêtit une importance doctrinale sans précédent, à tel point que les services de presse chinois regroupèrent tous les discours prononcés à cette occasion sous le titre : « La solidarité afro-asiatique contre l’impérialisme »7.

En Afrique du Nord, plus spécialement en Égypte et en Algérie, la Chine ne réussit pas à rallier les dirigeants arabes à sa cause dans le différend qui l’opposait à la Russie. Nasser fit la sourde oreille lorsqu’il s’agit de prendre position sur une seconde conférence de Bandung ; quant à Ben Bella, il se déclara favorable à la « détente internationale », thème cher à Khrouchtchev. Compte tenu de l’ancrage du royaume chérifien au monde occidental, les espérances chinoises en matière politique étaient réduites. Le roi Mohammed V se déclara tout de même favorable aux « droits légitimes de la Chine aux Nations unies ». Le reste de la visite fut essentiellement consacré aux relations commerciales bilatérales.

Le séjour en Tunisie s’inscrivit dans le même contexte, Bourguiba étant considéré comme le plus pro-occidental des chefs d’États arabes. Chou En-Lai profita de cette escale pour établir des relations diplomatiques avec la Tunisie et obtenir que ce pays se prononce en faveur de la restauration des droits de Pékin à l’Onu.

La visite à Accra permit au premier ministre d’énoncer, au cours d’une conférence de presse, les huit principes qui allaient régir les relations sino-africaines. On retiendra notamment l’égalité entre Chinois et Africains, le respect de la souveraineté des pays receveurs d’aide, l’attribution de celle-ci sous la forme de prêts sans intérêt ou bonifiés, l’aide à l’autosuffisance, le lancement de projets demandant peu d’investissements. Ces principes ne pouvaient qu’être appréciés par les Africains, trop habitués à ce que l’assistance de leurs bailleurs de fonds traditionnels soit assortie de conditions limitant leur souveraineté ou accroissant leur dépendance à leur égard.

Tout en exprimant ses divergences avec les positions soviétiques, Chou En-Lai n’attaqua pas directement son ancien allié. La plupart des chefs d’État africains ne souhaitaient d’ailleurs pas prendre parti sur le sujet, ni choisir entre les non-alignés et les afro-asiatiques.

Par la suite, notamment pendant la révolution culturelle, les Chinois devenus de plus en plus virulents à l’égard des Russes perdront une partie de leur popularité dans le tiers-monde. Leur posture d’attaque systématique du « révisionnisme » soviétique isolera pendant une dizaine d’années (1964-1974) Pékin sur la scène internationale, et en particulier africaine. La Chine continua à entretenir de bonnes relations avec des pays comme le Congo Brazzaville, la Guinée (Conakry), la Zambie , la Tanzanie, Maurice, le Mali et la Somalie, mais s’éloigna de pays proches des Soviétiques ou des Américains : Tunisie, Kenya, République centrafricaine, Dahomey. Fidèle à ses principes, elle continuera cependant à apporter son concours aux mouvements de guérilla en lutte contre le colonialisme et l’apartheid jusqu’à la victoire finale.

Échec en Angola

Pendant les 25 ans qui suivent la révolution culturelle, les rapports entre la Chine et l’Afrique vont évoluer en fonction des intérêts stratégiques chinois, articulés autour de deux grands axes : antisoviétisme et relations avec les États-Unis.

Désireuse d’assurer sa sécurité, la Chine engage, dans les années 1970, une politique de détente vis-à-vis de l’Amérique. Plus pragmatique que par le passé, jouissant d’un prestige accru depuis son admission à l’Onu en 1971, elle replace l’Afrique au centre de sa stratégie planétaire et contre l’URSS sur plusieurs fronts, en relançant sa coopération avec des États en conflit avec des protégés de Moscou8. Ce rapprochement s’assortit d’une assistance économique concentrée sur quelques États, comme le Congo Brazzaville, l’Égypte, la Somalie, le Soudan, la Zambie et surtout la Tanzanie. Pour la seule année 1970, l’aide de la Chine à l’Afrique est globalement supérieure à ce qu’elle avait été pendant toute la décennie précédente10 : 722,5 millions de dollars de prêts sont accordés, dont 400 millions pour le pharaonique projet de chemin de fer Tanzam9, reliant la Tanzanie à la Zambie. En 1972 et 1973, de nouveaux États bénéficient de la manne chinoise : Bénin, Maurice, Madagascar, Nigeria, Rwanda, Togo, Tunisie, Zaïre, Sénégal, Haute Volta et Cameroun11.

Dès leur naissance, la Chine soutient également les mouvements nationalistes anti-portugais en Angola et au Mozambique. Dans ces deux pays, la stratégie chinoise est identique : privilégier la lutte armée par rapport à la négociation, contrer l’Union soviétique partout où cela est possible.

Les premiers contacts de Pékin avec le MPLA remontent à 1960, alors que ce mouvement angolais cherchait, par l’obtention d’une large reconnaissance internationale, à imposer un front anti-portugais à son rival, le FNLA. Si le MPLA était proche de l’Union soviétique et de ses alliés est-européens, ses leaders ne se livrèrent pas moins à une lutte acharnée entre les prosoviétiques, dirigés par Agostinho Neto, et les prochinois conduits par Viriato da Cruz. Ce dernier, qui fut éliminé du mouvement, milita sans succès pour que la Chine retire son aide militaire au MPLA. Au lieu d’arriver directement, elle parviendra aux rebelles par le truchement du « comité de libération » de l’OUA. Neto, qui avait déclaré, pragmatique : « Pour gagner notre indépendance, nous pourrions accepter l’aide… du diable lui-même »12, ne rompit jamais ses relations avec la Chine et fut même reçu à Pékin par Chou En-Lai, en juillet 1971.

Les deux autres mouvements indépendantistes angolais furent eux aussi les récipiendaires de l’assistance militaire chinoise. Le FNLA d’Holden Roberto obtint dès 1963 la plupart de ses armes de la Chine. Il reçut en 1974 450 tonnes de matériel et bénéficia de l’assistance de 125 instructeurs chinois basés au Zaïre. Jonas Savimbi, ancien ministre des affaires étrangères du GRAE (Gouvernement de la République angolaise en exil), créé par le FNLA en 1962, obtint l’aide militaire des Chinois et suivit des cours de guérilla à l’académie militaire de Nankin13. Lorsqu’il quitta le FNLA pour fonder l’Unita, il continua pendant quelques années à profiter de l’aide chinoise, mais celle-ci diminua considérablement à partir de 1970.

En Angola, la politique chinoise d’aide aux trois factions rivales se solda par un échec cuisant, dans la mesure où c’est le MPLA prosoviétique qui l’emporta à Luanda le jour de l’indépendance, en novembre 1975. À partir de cette date, la Chine cessa officiellement de fournir de l’aide aux protagonistes angolais.

Au Mozambique, la Chine soutint les deux mouvements nationalistes qui tentaient de s’affranchir de la tutelle portugaise : le Frelimo et le Coremo. Fondateur du premier, Eduardo Mondlane écrivit après son séjour en Chine, en 1963 : « La lutte historique du peuple chinois est pertinente pour ce qui concerne la lutte actuelle des peuples d’Afrique »14. Comme bon nombre de leaders indépendantistes, il accepta l’aide de toutes les bonnes volontés, y compris des Chinois, qui firent du Frelimo le plus grand bénéficiaire de leurs largesses parmi les mouvements de libération.

Avec la chute de l’empire portugais, l’intérêt que portait la Chine à l’Afrique diminua notablement, de même que son aide au continent noir. Au début des années 1980, Pékin revint à des positions plus tiers-mondistes et prit à nouveau ses distances vis-à-vis de l’Amérique – une nouvelle volte-face qui eut pour conséquence un renouveau d’intérêt pour l’Afrique. Pendant cette période, elle courtisa des pays proches de l’URSS, comme l’Éthiopie et le Lesotho, se rapprocha de pays radicaux comme la Libye et soutint le combat anti- apartheid.

A partir de 1985, la Chine apparut trop préoccupée par ses problèmes de transformation économique pour consacrer trop de temps et de moyens à l’Afrique. Mais ce repli fut de courte durée. En particulier les évènements de Tien An Men (juin 1989), qui suscitèrent la réprobation de l’Occident, l’obligèrent à se mettre en quête de nouveaux soutiens. Cette offensive de charme se traduisit par de nombreuses visites d’officiels chinois sur le continent noir, dont celle du ministre des Affaires étrangères en 1989 et 1992. Mais surtout, avec la fin de la guerre froide, la naissance d’un monde unipolaire et la mutation économique de la Chine, l’Afrique allait revêtir une importance accrue, tant au plan économique que diplomatique.

Complémentarité économique

Les Chinois se plaisent à dire que leur patrie est le plus grand pays en développement du monde et que l’Afrique est le plus vaste continent en développement. À chaque fois qu’ils en ont l’occasion, ils évoquent la complémentarité entre les deux ensembles, gage selon eux d’un avenir commun radieux. La Chine a besoin des matières premières africaines ; en contrepartie, l’Afrique a besoin du savoir-faire, des capitaux et des produits chinois bon marchés et plus adaptés à ses besoins.

De fait l’économie chinoise en pleine croissance risque de s’asphyxier si elle ne trouve pas rapidement à l’étranger d’autres sources d’approvisionnement en énergie et métaux rares. Avec une consommation de pétrole de 5.46 millions de barils/jour en 2003, la Chine s’est située au deuxième rang mondial, juste derrière les États-Unis et devant le Japon. À ce rythme-là, Pékin estime sa consommation à 450 millions de tonnes en 2020, dont 60 % proviendraient d’importations15, puisque la Chine ne recèle que 2.3 % des ressources mondiales de pétrole et 1 % de celles de gaz.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la tournée du président Hu Jintao en Égypte, au Gabon et en Algérie, en janvier et février 2004. L’Algérie coopère avec la Chine dans le domaine des hydrocarbures depuis de nombreuses années. À l’occasion de la visite présidentielle, un accord a été conclu entre la Sonatrach et le groupe chinois CNPC (China National Petroleum Corporation).

Le choix du Gabon comme unique escale en Afrique noire s’explique par un souci de diversifier les sources d’approvisionnement en pétrole et aussi de bénéficier de l’influence du président Omar Bongo pour mieux pénétrer les pays francophones. En contrepartie d’un accord entre la Sinopec et le ministère des hydrocarbures gabonais, le chef de l’État chinois s’est engagé à fournir au Gabon une aide de 1,2 million de dollars et un prêt sans intérêt de 6 millions de dollars.

La visite du président chinois en Egypte s’explique, quant à elle, autant par le rôle de premier plan de ce pays sur la scène africaine que par sa richesse potentielle en gaz naturel. D’autres pays comme le Soudan (où la CNPC chinoise détient 40 % de la Greater Nile Petroleum Operating Company, ou GNPOC)16 ou l’Afrique du Sud sont également courtisés pour leurs richesses minières (joint venture dans le domaine du chrome).

Investissements et commerce en progrès

Parallèlement, la Chine cherche à développer ses investissements dans divers domaines. Entre 2000 et 2003, le nombre d’entreprises chinoises présentes sur le sol africain est passé de 499 à 638, pour des investissements qui ont cru de 660 à 925 millions de dollars17. Ces firmes opèrent aussi bien dans des projets à fort contenu technologique –BTP, pétrochimie, centrales électriques, transports et communications –que dans l’industrie légère, le matériel électrique, le textile et l’agriculture. Au plan de la formation, la Chine s’est engagée, lors de la seconde conférence sino-africaine d’Addis-Abeba, à former 10 000 cadres africains dans les trois prochaines années. Ce programme viendra en complément des échanges traditionnels dans le domaine culturel et éducatif.

Le commerce entre la Chine et l’Afrique a lui aussi fortement augmenté, passant de 10 milliards de dollars en 2000 à 16,64 milliards entre janvier et novembre 200318. Il se caractérise cependant par un déséquilibre en faveur de la Chine, qui exporte en Afrique deux fois et demi plus qu’elle n’importe. Elle vend principalement des textiles, des produits alimentaires, du petit électroménager, des médicaments et du matériel de communication ; elle achète du brut, du bois et divers minerais. Afin de mieux se faire connaître, elle a établi onze centres de promotion des investissements et du commerce sur le sol africain.

À l’évidence, et malgré le souci de se démarquer des autres partenaires économiques de l’Afrique, la Chine ne se comporte pas d’une façon fondamentalement différente de celle des pays développés : elle acquiert surtout des matières premières, vend plutôt des produits finis et cible ses investissements en fonction de ses intérêts stratégiques, dans les pays les plus stables et les plus riches. Mais pour cultiver sa spécificité et son image de « plus grand pays du tiers-monde », peaufinée tout au long des précédentes décennies, elle a instauré une série de conférences sino-africaines périodiques.
Conférences sino-africaines

Désireux de jouer un rôle « global » sur la scène internationale, le Japon avait lancé les conférences de la Ticad dès 199319. Sept ans plus tard, la Chine lui emboîtait le pas. Si la rhétorique fait référence à l’appartenance au même monde (celui des pays pauvres) et au combat commun contre les nantis, les raisons mêmes qui ont présidé au lancement d’un forum sino-africain revêtent une grande similitude.

Encore plus que le Japon, la Chine doit garantir son approvisionnement énergétique. Comme lui, elle a vocation à jouer un rôle de premier plan sur la scène internationale. Susceptible de constituer un contrepoids au pôle américain ou occidental dans les prochaines décennies, elle doit savoir attirer à elle des pays susceptibles de la soutenir diplomatiquement. Enfin, à plus court terme, elle doit rallier un maximum d’Etats dans la rivalité qui l’oppose à Taiwan20.

C’est en ayant ces principes à l’esprit que la Chine a organisé à Pékin, du 10 au 12 octobre 2000, la première conférence du China-Africa Cooperation Forum (CACF) réunissant 45 pays africains, de nombreuses organisations internationales et régionales, ainsi que des représentants du secteur privé. Parmi les personnalités présentes, hormis le président Jiang Zemin, le premier ministre Zhu Rongii et le vice-président Jintao, seuls quatre chefs d’État africains (Eyadema, Bouteflika, Chiluba, Mkapa) et le secrétaire général de l’OUA, Salim Ahmed Salim, s’étaient déplacés.

Cette grand messe se conclut par la publication de deux textes importants : la Déclaration de Pékin et le Programme pour la coopération sino-africaine dans le développement économique et social. Le premier, plus politique, rappelait la vision planétaire de Pékin, d’un monde dans lequel les États africains devraient sortir du sous-développement, en partie grâce à l’aide fraternelle de la Chine. Le second, plus pratique, proposait de promouvoir la coopération Sud/Sud, d’améliorer les relations Nord/Sud par le dialogue, de participer aux affaires internationales sur une base d’égalité et d’établir un partenariat à long terme pour le bénéfice des deux parties, la Chine et l’Afrique.

A l’occasion de cette rencontre, Pékin décida d’annuler une partie de la dette des pays africains, à hauteur de 10 milliards de dollars. Un geste qui fut apprécié à sa juste valeur par le secrétaire général de l’OUA, qui avait d’ailleurs été ambassadeur de Tanzanie en Chine, à la fin des années 196021.

Trois ans plus tard, les 25 et 26 novembre 2003, se tenait à Addis- Abeba le second forum sino-africain, avec une participation un peu plus étoffée : cinq présidents africains, trois vice-présidents, deux premiers ministres, ainsi qu’Alpha Omar Konaré, président de la commission de l’Union africaine. Dans son discours inaugural, le premier ministre chinois Wen Jiabao présenta les quatre principes directeurs de la coopération bilatérale. La Chine s’engage notamment à promouvoir la démocratisation des relations internationales par une consultation intensifiée et appuie le multilatéralisme prôné par l’Afrique ; à relever le pari de la mondialisation par une harmonisation des positions (la Chine s’efforcera de parvenir à une position commune dans les négociations multilatérales sur le commerce mondial) ; enfin à augmenter son aide aux pays africains par le truchement du CACF. À l’issue de cette conférence, un plan d’action 2004-2006 pour la coopération entre les deux parties a été adopté jusqu’à la prochaine conférence sino-africaine, prévue pour 2006.

Au terme de cet examen des rapports qu’ont établis depuis plus de cinquante ans Chinois et Africains, il convient de s’interroger sur leur originalité, ou au contraire sur leur conformisme.

Même lorsqu’elle ne disposait pas d’une politique étrangère autonome vis-à-vis de l’URSS, la Chine a cultivé sa différence en Afrique. Elle a développé le mythe de l’appartenance commune au monde des pays pauvres en lutte contre les oppresseurs colonialistes et néocolonialistes. Elle a réussi a inspirer idéologiquement nombre de mouvements de libération nationale et de pays nouvellement indépendants, et sa coopération a aussi tenté de reproduire en Afrique son modèle de développement particulier.

Cela dit, maintenant que l’Afrique s’est débarrassée de la tutelle européenne, que les clivages idéologiques ont disparu et que la mondialisation s’est accélérée, la relation Chine/Afrique a peu à peu perdu de sa spécificité. Aujourd’hui, la Chine convertie au capitalisme n’a plus vraiment de type original de développement à proposer. Elle se comporte désormais comme n’importe quelle autre puissance soucieuse de ses intérêts bien compris. Elle cible sa coopération sur des pays à fort potentiel, qu’il s’agisse de matières premières, de pouvoir d’achat et d’influence diplomatique.

On peut donc se poser la question de savoir si la cour assidue qu’elle fait à l’Afrique durera. Sans doute, aussi longtemps que la Chine n’aura pas réintégré Taiwan et qu’elle ne trouvera pas d’autres fournisseurs de ressources énergétiques, et personne ne peut prévoir dans quel délai ces deux conditions seront réunies. Toutefois, les ambitions de grande puissance de la Chine demeurant intactes, l’Afrique peut être tentée de parier sur la poursuite d’une relation qui lui permettrait d’échanger son soutien diplomatique dans les instances internationales contre une aide au développement, si minime soit elle.

NOTES

1. « Sino-African Cooperation to Rise to New High », Quotidien du peuple, Pékin, 10/3/2000.

2. Nathalie Hoffmann et Christophe Mabire, Afrique-Asie : vers un nouveau partenariat, CHEAM, Paris 2000, p.81.

3. China and the Asian-African Conference, Foreign Languages Press, 1955, pp.14-15.

4. G. P. Deshparde, United Front Against Imperialism: China’s Foreign Policy in Africa, Samaya Publications, Bombay (Inde), 1986, pp.50-51.

5. Les pays suivants ont été visités : République Arabe Unie (Égypte), du 14 au 21 décembre 1963, Algérie (21-27 décembre), Maroc (27-31 décembre), Tunisie (9-10 janvier 1964), Ghana (11-16 janvier), Mali (16-21 janvier), Guinée (21-26 janvier), Soudan (27-30 janvier), Éthiopie (30 janvier- 1er février), Somalie (1er-4 février).

6. Des relations diplomatiques avaient été établies avec la RAU en mai 1956, avec le Maroc en novembre 1958, avec l’Algérie (GPRA) en décembre 1958 (GPRA), le Soudan en février 1959, la Guinée (Conakry) en octobre 1959, le Ghana en juillet 1960, le Mali en octobre 1960, la Somalie en décembre 1960, la Tunisie en janvier 1963.

7. A Collection of Documents, Speeches and Interviews from the Visits of Chinese Leaders to Thirteen African and Asian Countries, Foreign Languages Press, Pékin, 1964.

8. François Joyaux, La politique extérieure de la Chine populaire, PUF, Collection Que Sais-je ? 1993, pp.41-45.

9. G.P Deshparde, op.cit, p.189.

10. Guy Arnold et Ruth Weiss, Strategic Highways of Africa, Julian Friedmann Publishers, 1977, pp.115-128; et Marc Aicardi de Saint-Paul, « Les transports en Afrique australe », Afrique contemporaine, Paris, pp.8-10.

11. G.P Deshparde, op.cit, pp.190-193.

12. Basil Davidson, « Arms and the Portuguese », Africa Report, New York, Vol.5, N°5, mai 1970.

13. Fred Bridgland , Jonas Savimbi, a Key to Africa, The Story Behind the Battle for Angola, Paragon House Publishers, New York, 1987.

14. Thomas H Henriksen, « Marxism and Mozambique », African Affairs, Vol. 77, N°309, octobre 1978, p.443.

15. Pierre de Vilmorin, « Le shoping pétrolier de la Chine en Afrique », Le Monde, 4 février 2 004.

16. Joshua Eisenman et Joshua Rogin, « China Must Play by the Rules in oil-rich Sudan », The Strait Times Interactive, 21 juillet 2003.

17. Zan Jifang, « Go to Africa», Beijing Review, 24 juillet 2003, p.45. et discours du vice-ministre du commerce Yu Guangzhou sur l’accroissement des liens économiques avec l’Afrique, New China News Agency, Pékin, 23 janvier 2004, 0642 GMT.

18- Ibidem.

19. Marc Aicardi de Saint-Paul, Le Japon et l’Afrique : genèse d’une relation atypique, CHEAM, La Documentation française, Paris, 1999 et « Les ambitions africaines du Japon », Géopolitique africaine, N°6, mai 2002, pp.97-105.

20. Sur la rivalité entre Pékin et Taipeh et sur la politique de Taiwan à l’égard de l’Afrique, voir Marc Aicardi de Saint-Paul, « Le Japon, Taiwan et l’Afrique du Sud », Afrique contemporaine, Dossier spécial Afrique-Asie, N°176, octobre-décembre 1995, pp.42-58 ; et Chun-Lian Jiang, « Pékin et Taipeh : les enjeux africains », Géopolitique africaine, N°10, avril 2003, pp.239-254.

21. « OUA Chief Calls for Expansion of Sino-African Cooperation », Quotidien du peuple, 12 octobre 2000.
22. Le quotidien du peuple, 17 décembre 2003.

China's African Safari

Besides buying energy and commodities, China is also trying to win hearts and minds in a continent embittered by colonial experience.

Since the 1960s, China has been rather consistent in offering assistance to African countries in agriculture, heavy industries, and infrastructure development. In recent years, Sino-African trade has enjoyed particularly rapid growth. As Paul Mooney reports, many African leaders, regarding China as a reliable friend who has suffered the similar imperialist aggression by Western powers, welcome investment and development teams from Beijing. Furthermore, the Chinese have not used their economic power to place political pressure on Africa - the only exception being Taiwan. Skepticism, however, does exist. Some African scholars argue that China is simply relaying the European colonial torch of purchasing raw materials from the continent and selling value-added products back, creating an unfavorable trade balance for Africa. Whether China uses its increasing world power responsibly on issues like the Sudanese peace process is a pressing question: Will Beijing be willing to sacrifice its African partnerships to salvage its international image? –YaleGlobal

BEIJING: In the 1960s and 1970s, Chinese engineers were hard at work throughout Africa, constructing stadiums, laying down roads, and building hospitals in the Cold War battle for the hearts and minds of Third World citizens. The politics and revolutionary idealism behind many of these good-will projects faded in the eighties after Beijing became preoccupied with building socialism with Chinese characteristics back home. However, a fast-growing China with a voracious appetite for resources and markets is now back with a vengeance, and it's shaking up Africa's European and American partners.


Strengthening Ties: Diplomatic missions, such as Chinese President Hu's 2004 visit to Gabon, underscore steadily growing Sino-African relationships.

Almost every African country today bears examples of China's emerging presence, from oil fields in the east, to farms in the south, and mines in the center of the continent. According to a recent Reuters report, Chinese-run farms in Zambia supply the vegetables sold in Lusaka's street markets, and Chinese companies - in addition to launching Nigerian satellites - have a virtual monopoly on the construction business in Botswana.




Between 2002 and 2003, two-way trade climbed 50 percent to US$18.5 billion - the fastest growth China has seen with any geographical area. And trade is tipped to further soar to US$30 billion by 2006.

The last year has seen revolving door visits by officials of the two sides, and China and the United Nations Development Programme (UNDP) jointly established the China-Africa Business Council in November. The organization will support China's private sector in promoting business in Cameroon, Ghana, Mozambique, Nigeria, South Africa and Tanzania.

China's rampant economic expansion - and resulting appetite for raw materials - is the major factor driving the country's long march across the African continent. The second biggest consumer of oil after the United States, China is searching the world for new sources of energy, and Africa is fast becoming an important supplier. To date, China has oil partnerships in Sudan, Chad, Nigeria, Angola and Gabon, and is exploring a potential collaboration in Kenya.




Beijing has pressed history to promote its economic agenda, attempting to win African sympathy by emphasizing the common history of exploitation China and African nations have suffered at the hands of Western colonialists. This is a common theme in the pages of African newspapers, where commentators argue that Western investors exploit Africa, while Chinese companies tend to invest in businesses that are beneficial.

China is also making an effort to win the hearts and minds of the African people, and to extend its political influence.

Still, there is some debate among Africans over whether China is exploiting or benefiting their continent. Chinese are busy developing much-needed African infrastructure: roads and rail lines in Ethiopia, Sudan, and Rwanda; a new hospital in Sudan; a farm and a bridge across the Nile; reclaiming thousands of hectares of farmland in Tanzania. But at what cost?




Moeletsi Mbeki, deputy chairman of the South African Institute of International Affairs, wrote recently in AllAfrica.com that China "is both a tantalizing opportunity and a terrifying threat to South Africa." On the one hand, he said that China was "just the tonic" that mineral-rich but economically-ailing South Africa needs. But he added that exports from China and Hong Kong to his country are double those from Africa and almost double what South Africa exports to China. He called the trade relations between South Africa and China "a replay of the old story of South Africa's trade with Europe."

Said Mbeki: "We sell them raw materials and they sell us manufactured goods with a predictable result - an unfavorable trade balance against South Africa."

He went on to say that most of what Europe and America sells to South Africa are high tech goods that the latter does not produce itself, while imports from emerging Asian countries like China are goods his country is able to produce itself. In September, one of South Africa's largest trade unions threatened to boycott retailers it said were importing cheap Chinese products, which it said had lead to worsening unemployment at home.




In the meantime, however, many African nations are pleased that no political strings are attached to China's friendship - with the obvious exception that they must not recognize Taiwan and must affirm the one China policy. At present, only 7 African nations have relations with Taiwan - one-quarter of the total - and a key part of China's Africa policy is denying Taiwan any greater diplomatic space on the continent.

He Wenping, director of the African Studies Section at the Chinese Academy of Social Sciences in Beijing, says that China and Africa share the view that countries should not meddle in each other's affairs. "We don't believe that human rights should stand above sovereignty," says He. "We have a different view on this, and African countries share our view."

Zimbabwe is a case in point. After Americans and Europeans withdrew from the country due to the government's destructive land reform program and poor human rights record, China stepped in, ready to work with the embattled, and resource-rich, African nation.

During his recent trip to Africa, Wu Bangguo, chairman of China's legislature, spent four days in Zimbabwe, leading a delegation of 100 Chinese businessmen who inked joint venture deals in mining, transportation, communications and power generation. It's no wonder that Emmerson Mnangagwa, speaker of Parliament, is so bullish on China. The official gushed in a state-run Zimbabwean newspaper: "With all-weather friends like the People's Republic of China... Zimbabwe will never walk alone."

Sudan is another example. China National Petroleum Corporation won an oil exploitation bid there in 1995, and when Washington cut ties two years later, the Chinese were ready to fill the void left by retreating Western oil companies. They helped to develop oil fields, built refineries, and laid two oil pipelines. Sudan, which was an oil importer before the Chinese arrived, now earns some US$2 billion in oil exports each year, half of which goes to China, accounting for 5 percent of the country's total imports. China owns a 40 percent stake in the Greater Nile Petroleum Operating Company, the major consortium drilling in Sudan.

But more important for Sudan is Beijing's political support. China has vowed to veto any sanctions imposed against Sudan. When the UN Security Council tabled a resolution in September to punish Sudan for failing to stop atrocities in the troubled western region of Darfur, it was forced to water down the proposal to avoid a Chinese veto. China, Russia, Pakistan and Algeria all abstained in the vote for the weaker resolution that passed by 11-0.

The political scientist He Wenping concedes that China would suffer if sanctions were applied against Sudan, but she says that this is not China's main consideration. "Suppose this happened in another country," she argues. "China would still take the same stand. You can see this from other examples."

Still, international pressure is growing for China to use its political influence to pressure Sudan, which critics say is using its oil dollars to fund the military actions against its black African population in Darfur. Some observers say that China, which relishes its relatively new position as an international mover, will not want to be seen as an obstacle to the solution of the problem in Sudan.

The problem is that while China predicts that the growth of oil consumption will slow sharply next year from the 20 percent rise in 2004, the country still faces continued power shortages. Crude oil imports could hit 150 million tons in 2005, up from 130 million tons this year. Already more than 40 percent of the country's total crude demand is met by imports, and analysts say imports will account for between 50 to 75 percent of its consumption by 2020.

If sanctions were to block oil from Iran and Sudan, China would be forced to scramble to find other sources, which could be problematic. The question is whether or not Beijing is willing to sacrifice oil and its African partnerships to salvage its international image as a responsible global force.

Paul Mooney, a freelance journalist, has been reporting on China for 15 years.

Rights: © 2004 Yale Center for the Study of Globalization

Original, here.

Very critical and interesting essay: La Chine à l’assaut du marché africain

Major and very critical essay on China's (surp)rising influence in Africa, published in Le Monde Diplomatique. See the article here.

By Jean-Christophe Servant

Depuis la fin de l’accord multifibres, en janvier 2005, qui limitait les exportations de textile des pays en développement vers l’Europe et les Etats-Unis, les ventes chinoises ont explosé. De ce fait, la Commission de Bruxelles a annoncé, le 14 avril, l’ouverture d’une procédure de surveillance. L’offensive commerciale de Pékin atteint aussi l’Afrique. Parfois agressive, mais jouant la carte tiers-mondiste, la stratégie de l’empire du Milieu suscite espoir et controverse sur le continent noir.

Ce sont des responsables chinois plutôt embarrassés qui rendirent visite, début décembre 2004, au président angolais José Eduardo Dos Santos. Quelques jours auparavant, l’association britannique Global Witness avait publiquement laissé entendre que les 2 milliards de dollars de crédit accordés à Luanda par la banque publique chinoise Eximbank risquaient d’être détournés. Officiellement, cette somme avait été allouée pour rebâtir les infrastructures angolaises détruites par trente ans de guerre civile (électricité, chemins de fer et bâtiments administratifs). En échange, la Chine recevrait 10 000 barils de pétrole par jour. Or une partie de ces 2 milliards a été effectivement détournée au profit de la propagande gouvernementale en vue des élections générales de 2006. Et, sous pression chinoise, le 9 décembre 2004, M. Antonio Pereira Mendes De Campos Van Dunem, intermédiaire connu des milieux d’affaires étrangers, était prié de quitter son poste de secrétaire du conseil des ministres.

Le temps d’un émoi, Pékin avait ainsi dérogé au principe fondateur de sa longue marche commerciale vers l’Afrique : ne pas se mêler des affaires intérieures des pays concernés. Un peu de morale – sans doute justifiée par la pression exercée par les bailleurs de fonds internationaux sur un pays notoirement corrompu – n’empêcherait pas les affaires sino-africaines de tourner à plein rendement.

A la recherche du pétrole

Trente ans après avoir rompu avec un Angola devenu indépendant, mais jugé trop proche de l’Union soviétique, l’empire du Milieu a largement réparé son erreur initiale. L’ancienne colonie portugaise – dont il importe désormais 25 % de la production de pétrole – est devenue son deuxième partenaire commercial sur le continent. Luanda envisage même de créer des vols directs avec Pékin, et il serait question d’encourager la construction d’un quartier chinois dans la capitale en vue d’accueillir les cadres asiatiques.

Octroyé avec un taux d’intérêt de 1,5 % sur dix-sept ans, le crédit contesté aurait pu se révéler, à court terme, désavantageux pour Pékin. Il n’en permettait pas moins aux entreprises chinoises de s’attribuer la majeure partie du juteux marché de la reconstruction nationale. De quoi soulever l’inquiétude de la population. « Selon les termes du contrat, 30 % du crédit alloué doivent être attribués à des entreprises locales, explique notamment l’économiste indépendant Jose Cerqueira. Mais cela signifie que 70 % ne le sont pas. Or le secteur de la construction est l’un des seuls où les Angolais peuvent trouver du travail » (1).

Les temps changent et, à Pékin, le pragmatisme a pris le pas sur la rhétorique idéologique. Commerce extérieur et coopération économique sont d’ailleurs gérés par le même ministère. Jusqu’au milieu des années 1970, il s’agissait plutôt de construire la solidarité entre deux continents appartenant au même monde : celui des pays sous-développés. La présence chinoise en Afrique se résumait au technicien venu assister le pays frère fraîchement affranchi de sa tutelle coloniale et contribuer ainsi à son essor. Quinze mille médecins et plus de dix mille ingénieurs agronomes furent alors envoyés vers ce tiers-monde transformé en base arrière de la guerre froide.

Anti-impérialiste et contrepoids à l’Occident, la Chine s’infiltrait dans les territoires épargnés par les Etats-Unis et l’Union soviétique. Elle réservait ses chantiers les plus ambitieux – tel celui de la construction du chemin de fer « tanzam » reliant la Tanzanie à la Zambie – ainsi que les accords de coopération militaire à ses amis idéologiques d’Afrique de l’Est (Ethiopie, Ouganda, Tanzanie, Zambie, etc.) et aux pays non alignés les plus importants comme l’Egypte. De 1955 à 1977, la Chine a vendu pour 142 millions de dollars de matériel militaire à l’Afrique. Elle entrouvrait aussi ses universités : quinze mille étudiants africains y ont eu accès depuis les indépendances.

En 1977, la valeur totale des échanges commerciaux entre l’empire du Milieu et le continent noir atteint le record de 817 millions de dollars. Dans les années 1980, alors que le Nord et l’URSS se retirent de l’Afrique et que l’aide occidentale au développement chute de moitié, Pékin maintient ses liens. Mais, abandonnant l’exportation de sa boîte à outils révolutionnaire, la Chine se consacre désormais à l’essor de son commerce extérieur et de ses investissements à l’étranger. Lorsque la géopolitique de l’après-guerre froide et l’évolution incertaine du Proche-Orient ramènent les pays du Nord en Afrique, notamment pour diversifier leurs approvisionnements pétroliers, elle est déjà devenue l’« usine du monde » et convoite les matières premières du continent.

Deuxième consommateur de brut de la planète, plus de 25 % de ses importations de pétrole proviennent du golfe de Guinée et de l’hinterland soudanais. La soif d’un pays qui sera contraint d’importer 60 % de son énergie d’ici 2020 ne connaît aucune frontière, pas même celles des Etats qui, tel le Tchad, maintiennent leurs relations diplomatiques avec Taïwan (2). Si l’Afrique ne représente que 2 % des échanges commerciaux chinois en 2004, le continent bénéficie particulièrement de sa « politique d’ouverture » : au cours des années 1990, le volume des échanges commerciaux entre Pékin et le continent a crû de 700 % (3) et, depuis l’organisation, en l’an 2000 à Pékin, du premier forum sino-africain (4), plus d’une quarantaine d’accords ont été signés, doublant la valeur totale des échanges en quatre ans (plus de 20 milliards de dollars fin 2004). D’ici la fin 2005, la Chine devrait devenir le troisième partenaire (après les Etats-Unis, la France et devant le Royaume-Uni) commercial de l’Afrique. Passée maîtresse dans le montage de projets avec la Banque mondiale, elle chercherait même à élaborer, en Afrique, un « paradigme de la globalisation qui la favorise (5) ».

Les 674 sociétés publiques chinoises implantées sur le continent placent autant leurs fonds dans les secteurs porteurs – des mines à la pêche en passant par l’exploitation du bois précieux ou la téléphonie – que dans ceux jugés moins rentables, et parfois abandonnés par les Occidentaux. C’est ainsi qu’ont été relancées l’exploitation des mines de cuivre zambiennes de Chambezi et les recherches pétrolières dans un Gabon où les réserves sont supposées se tarir. En 2004, les investissements chinois s’élevaient à plus de 900 millions de dollars sur les 15 milliards de dollars d’investissements directs étrangers (IDE) en Afrique. Des milliers de projets sont en cours ; 500 sont exclusivement menés par la firme de travaux publics China Road And Bridge Corporation, contribuant à placer 43 sociétés chinoises parmi les 225 premières entreprises mondiales du secteur. Pékin s’est emparé du marché éthiopien des télécommunications, a repris certaines activités de la Gécamine (industrie minière) congolaise, a rénové la route Monbasa-Nairobi (Kenya) et lancé le premier satellite nigérian. Huit pays africains ont reçu le statut officiel de destination touristique, incitant les ressortissants chinois à s’y rendre.

Cette offensive économique et commerciale s’accompagne d’une intense activité diplomatique. Arrivé au pouvoir en mars 2003, le président Hu Jintao a déjà effectué une visite remarquée au Gabon. En outre, une centaine de rencontres officielles ont été organisées sous l’égide des ministères du commerce et des affaires étrangères, qui se sont dotés de « départements Afrique ». Dans de nombreux pays en crise ou en délicatesse avec la diplomatie occidentale, Pékin engrange les fruits de sa doctrine de non ingérence dans les affaires intérieures. Les relations avec le Soudan – au ban des Nations unies en raison, notamment, de la situation au Darfour – sont exemplaires d’une stratégie sans états d’âme. Pour la Chine, nous explique Mme He Wenping, directrice adjointe du département relations internationales de l’Institut des études africaines de la faculté des sciences sociales de Pékin, « la protection des droits de la personne ne saurait contraindre l’exercice de la souveraineté nationale. Il ne fait aucun doute que les succès rencontrés par Pékin en Afrique ont bénéficié de cette vision, même si ce n’est pas l’unique point commun [que la Chine partage avec ses] partenaires africains ».

Dix ans après s’être installée sur les champs pétroliers alors inexploités de Muglad (au Sud Soudan), elle importe 50 % du brut local. De la Compagnie nationale de pétrole de Chine (CNPC) à la Zonggyuan Petroleum Corporation, treize des quinze premières sociétés étrangères implantées au Soudan sont chinoises. Le cynisme de Pékin est apparu au grand jour lors du vote, en septembre 2004, de la résolution 1564 du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) décrétant un embargo sur les armes à destination de ce pays. Sur fond de massacres au Darfour, l’ambassadeur chinois auprès de l’organisation, M. Wang Guangya, menaça d’y mettre son veto avant de s’abstenir. La résolution, proposée par les Etats-Unis, était pourtant déjà bien édulcorée. Cet incident a permis de mesurer la solidité des liens tissés entre Pékin et Khartoum.

« Une autre manière de faire du business »

De nombreux autocrates africains louent l’esprit de « respect mutuel » et l’« attention pour la diversité » culturelle qui caractérisent le commerce et la coopération chinoises – pour reprendre les mots du vieil ami de la Chine qu’est le président gabonais Omar Bongo Ondimba (6). Mais ce « safari » dans « l’eldorado (7) » africain inquiète les transnationales qui gravitent traditionnellement autour du continent « utile ». De même, une diplomatie américaine officiellement soucieuse de « bonne gouvernance » commence à s’irriter des pratiques économiques chinoises. M. Gal Luft, spécialiste en sécurité énergétique et directeur exécutif de l’Institut pour l’analyse de la sécurité globale (IAGS), un think-tank néoconservateur, estime ainsi que « les Chinois sont enclins à mener leurs affaires d’une manière que les Américains et les Européens commencent à rejeter : payer des pots-de-vin et autres dessous de table. D’où l’intérêt de certains pays africains à travailler avec des entreprises chinoises plutôt qu’avec des compagnies occidentales dont les marges d’action se sont resserrées depuis le lancement de campagnes telle que Publish what you pay (Publiez ce que vous payez) visant à plus de transparence financière (8) ».

« Cette autre manière de faire du business » – selon les termes du ministre rwandais des finances, M. Donald Kaberuka – est encore plus préoccupante pour les organisations non gouvernementales qui dénonçaient déjà les cyniques pratiques occidentales en Afrique. En effet, si les prêts conditionnés des grandes organisations internationales demeurent critiquables car ils soumettent sans discussion le pays bénéficiaire aux diktats des bailleurs, la coopération chinoise – qui accorde des crédits sans condition et prône le « clef en main » – favoriserait les « éléphants blancs » (projets morts nés) et s’écarterait des exigences minimales de transparence financière.

Selon le responsable sortant du programme angolais de Care, M. Douglas Steinberg, « les conditions d’octroi des crédits chinois donnent beaucoup plus de possibilités à l’Angola, comparées aux exigences fixées par d’autres accords, en premier lieu ceux passés avec le Fonds monétaire international. En fait, cela permet aux autorités gouvernementales de ne pas pratiquer la transparence (9) ». De leur côté, les associations de défense de l’environnement surveillent l’avancée commerciale de la nation la plus polluante du monde – qui refuse de signer le protocole de Kyoto – ; 60 % des 4 millions de mètres cubes de grumes (troncs d’arbres) qu’exportent les pays africains est destiné à l’Asie, en quasi totalité (96 %) pour la Chine.

Les ventes d’armes chinoises constituent un autre sujet de préoccupation. Après avoir entretenu le meurtrier conflit érythréo-éthiopien de la fin du XXe siècle (plus d’un milliard de dollars de contrats), la Chine est soupçonnée d’avoir utilisé le Soudan, début 2000, comme débouché pour sa technologie militaire. En outre, elle continue d’assister militairement le Zimbabwe, autre nation au ban de l’Occident (10). Plus globalement, on observe une impressionnante concentration d’attachés militaires chinois dans les pays membres de la Communauté pour le développement de l’Afrique australe – SADC (11). Ici aussi, « les considérations financières semblent plus importantes que les ambitions idéologiques et géopolitiques qui primaient sous la guerre froide (12) ».

Le modèle chinois du « win-win » (gagnant-gagnant) – ce nouveau jeu économique où, selon Pékin, il n’y aurait a priori aucun partenaire perdant – ne serait-il, finalement, qu’une nouvelle forme de néocolonialisme drapé des illusions d’un développement Sud-Sud ? Certains observateurs africains n’ont pas manqué de s’interroger sur les limites de la politique commerciale chinoise et sur la concurrence directe que font peser certains produits asiatiques – du textile à l’acier – sur le tissu économique africain. Premier partenaire africain de la Chine, l’Afrique du Sud, qui rompit en 1997 ses relations avec Taïwan pour se rapprocher de Pékin, est confrontée tout à la fois « à une appétissante collaboration et une terrifiante menace », note M. Moeletsi Mbeki, vice-président de l’Institut sud-africain des affaires étrangères de l’université de Witwatersrand, à Johannesburg : « En échange des matières premières que nous leur vendons, nous achetons leurs produits manufacturés. Et cela ne peut qu’avoir un résultat prévisible : une balance commerciale négative. N’assiste-t-on pas à la répétition d’une vieille histoire ? (13). »

Le fait est que, de 24 millions de dollars en 1992, le déficit commercial de Pretoria à l’égard de Pékin a passé la barre des plus de 400 millions de dollars. En septembre 2004, l’une des principales organisations membre de la puissante fédération syndicale Cosatu a ainsi menacé de boycotter les vendeurs de produits chinois, accusés de contribuer à la montée du chômage. Même perplexité sur l’avenue Charles-de-Gaulle à Dakar, où les produits chinois à bas prix – des chaussures aux médicaments – envahissent désormais les trottoirs et les étals, tandis que les ateliers textiles du Lesotho sont menacés par la fin de l’accord multifibre en janvier 2005 (14).

Face à ces interrogations, le partenaire chinois multiplie promesses, cadeaux, références historiques à l’esprit de Bandung (15) et mesures symboliques à l’égard d’un continent dont il a annulé 10 milliards de dollars de dette bilatérale depuis l’an 2000. Dix mille Africains sont en cours de formation à Pékin, dans le cadre du Fonds de développement des ressources humaines pour l’Afrique créé par le gouvernement chinois (16). S’impliquant de plus en plus dans les opérations de maintien de la paix, du Liberia à la République démocratique du Congo (RDC), Pékin a envoyé en 2004 plus de 1 500 casques bleus sur le continent. Tout en reconnaissant que la décision finale se trouve entre les mains de l’Union africaine, le pays soutient par ailleurs publiquement les trois candidats africains (Nigeria, Afrique du Sud et Egypte) – mais officieusement surtout le Nigeria – à un siège de permanent au Conseil de sécurité des Nations unies.

Un nouveau grand bond en avant commercial s’annonce d’ici 2006, avec le lancement du Nouveau Partenariat stratégique Asie-Afrique (17), qui concerne le secteur privé et dont Pékin devrait être le premier bénéficiaire. Et, lors de son voyage au Gabon en 2004, le président Hu Jintao a promis « une coopération économique qui se préoccupera davantage des infrastructures, de l’agriculture et du développement des ressources humaines ». Un vœu pieux ? Une chose est sûre : Pékin « se comporte désormais comme n’importe quelle autre puissance soucieuse de ses intérêts bien compris. Elle cible sa coopération sur des pays à fort potentiel, qu’il s’agisse de matières premières, de pouvoir d’achat et d’influence diplomatique (18) ».

Jusqu’où et comment les partenaires traditionnels du continent s’accommoderont-ils de cette présence ? « Il est normal et naturel que l’investissement croissant de la Chine en Afrique conduise à un conflit d’intérêts avec les anciennes puissances coloniales, nous indique Mme He Wenping. Mais je ne crois pas que nous devions trop nous en inquiéter. Aider les Africains à améliorer leurs conditions de vie et à bénéficier de la mondialisation est l’objectif commun des peuples et des pays du monde entier. Et la population comme le gouvernement chinois aimeraient beaucoup y contribuer. Cependant l’expérience montre que ce sera un voyage long et difficile. »

En 2005, selon le Fonds monétaire international, l’Afrique devrait connaître son meilleur taux de croissance en trente ans : 5,8 %. Ce sera en partie grâce à l’investissement de la Chine. Hier base arrière de la guerre froide, le continent sera-t-il demain aux avant-postes de la guerre commerciale qui s’intensifie ?

Lire aussi : Mémoires des guerres d’Angola

(1) Bureau des Nations unies pour la coordination de l’action humanitaire, New York, 14 janvier 2005. http://ochaonline.un.org

(2) La Chine a des relations diplomatiques avec 47 des 53 pays du continent noir.

(3) http://www.chinafrique.com/t u-2003-...

(4) Le deuxième forum sino-africain, organisé en novembre 2003 à Addis-Abeba, a établi un plan de coopération entre la Chine et l’Afrique courant jusqu’en 2006.

(5) Lire Drew Thomson, « Economic growth and soft power : China’s Africa strategy », China Brief, Université de Pensylvanie, 7 décembre 2004.

(6) Avec neuf visites officielles en Chine, le président gabonais est le chef d’Etat le plus souvent invité à Pékin avec son hmologue congolais, le président Denis Sassou Nguesso

(7) Lire Howard French, « A resource-hungry China Speeds Trade with Africa », The New York Times, 9 août 2004.

(8) Lire le rapport « Bottom of the barrel : Africa’s oil boom and the poor »

(9) « Oil-backed loan will finance recovery projects », Integrated Regional Information Networks, 21 février 2005.

(10) Le Zimbabwe fait l’objet de sanctions économiques de la part du Commonwealth et de l’Union européenne en raison de la fraude électorale et de la violence politique. Lire Colette Braeckman, « Bataille pour la terre au Zimbabwe », Le Monde diplomatique, mai 2002.

(11) Angola, Botswana, République démocratique du Congo, Lesotho, Malawi, Maurice, Mozambique, Namibie, Seychelles, Afrique du Sud, Swaziland, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe.

(12) Lire Logan Wright, « Seizing an opportunity », The Armed Forces Journal, Washington, octobre 2001.

(13) Lire Paul Mooney, « China’s African safari », YaleGlobal, 3 janvier 2005.

(14) Signé par 47 Etats en 1974, l’accord multifibres permettait aux pays en développement d’exporter vers les Etats-Unis et l’Europe un quota de leurs productions textiles et limitait leurs importations.

(15) Lire Jean Lacouture, « Bandung ou la fin de l’ère coloniale », Le Monde diplomatique, mars 2005.

(16) Le Fonds de développement des ressources humaines pour l’Afrique a été créé suite au premier forum sino-africain de Pékin en 2000.

(17) Impulsé par le Sommet Asie-Afrique qui vient de commémorer le cinquantenaire de la Conférence de Bandung, le Nouveau Partenariat est fondé sur les échanges et la coopération dans toute une série de domaines d’ordre politique, économique et culturel. Il doit s’appuyer sur le commerce et l’investissement.

(18) Lire Marc Aicardi de Saint-Paul, « La Chine et l’Afrique, entre engagement et intérêt », Géopolitique africaine, n° 14, Paris, printemps 2004.